Locaboat, inventeur de la Penichette

Locaboat, inventeur de la Penichette

La découverte de La Bourgogne

Bonjour à tous, Chers lecteurs,

Lorsque j’étais enfant, j’étais passionné par l’histoire du conquérant Bertrand-François Mahé de La Bourdonnais, l’homme qui partit à la conquête des épices. Je lisais ces histoires, et celles-ci nous inspiraient mes amis et moi lorsque nous nous prenions pour des navigateurs. J’en parlais régulièrement à mes parents. Tellement souvent, que mon père décida un jour de louer chez Locaboat, une pénichette pour me faire découvrir la Bourgogne et vivre ainsi toutes les sensations d’un explorateur. Et c’est ainsi, qu’une nouvelle tradition familiale vit le jour. Je me souviens encore, des années plus tard, de mon excitation à chaque fois que nous partions. Je nous imaginais, toujours, tels deux conquistadors à la découverte de trésors.

Cette année, l’automne me rendant légèrement mélancolique, je décidais donc de faire quelque chose de différent, quelque chose pour me sortir de ce rythme effréné que l’on vit à Paris. Bien que j’aime être seul, depuis que j’ai rencontré Elena ce désir s’efface peu à peu. J’ai envie de partager des moments avec elle. C’est une jeune femme pétillante et extrêmement brillante, telle une œuvre d’art, elle me fascine et je pourrais passer l’éternité à l’admirer et à l’écouter.

Je lui organisais donc une surprise en louant un bateau pour le week-end. La semaine passait lentement. Il était de plus en plus difficile pour moi de conserver ce secret. J’étais enthousiaste de lui montrer ces rives sauvages où règne la nature et surtout passer un instant privilégié en sa présence.

Le périple fluvial

Le vendredi soir, impatient, j’allais à sa rencontre. Elle était rayonnante et son sourire m’illuminait.

Je lui recouvrais les yeux avec l’un de ses carrés Hermès. Elle rigolait, sans pouvoir comprendre ce qui se déroulait… Je l’aidais à marcher puis à prendre place dans la voiture. Elle n’arrêtait pas de me questionner. Le secret devenait de plus en plus lourd à porter et la pression m’envahissait.

Nous nous dirigions vers le bateau que j’avais loué pour  passer notre premier week- end ensemble.  A vrai dire ce n’était pas réellement un bateau, c’était une longue péniche. Une fois arrivé en face de notre cabine, avec une grande douceur,  je lui retirais son foulard. Elle trouva face à elle une chambre éclairée par la flamme des bougies, notre baie vitrée nous dévoilant un coucher de soleil sur une nature sauvage. Notre week-end commençait enfin.

Ce weekend dépassait toutes mes attentes. Le temps était à l’image des belles journées d’hiver fraîches mais ensoleillées. Nous profitions du soleil en pique-niquant sur la péniche. Dans un calme religieux, les rives de Bourgogne nous offraient un spectacle unique. Nous étions en parfaite harmonie avec la faune et la flore. Bien plus qu’une simple promenade, ce fut un moment d’échange enrichissant. J’étais curieux de la personne qu’elle était et cette joie de vivre qu’elle possédait. Nous apprenions à nous connaître dans un cadre atypique, sans arrêter nos bavardages. Chaque bruit chaque sensation, chaque moment, nous rappelaient un instant de notre vie que nous voulions partager avec l’autre.

Nous retrouvions la civilisation en amarrant afin de visiter le château de Tanlay, un bijou architectural de la Renaissance. Nous visitions l’endroit avec plaisir : l’architecture, les fresques, la galerie en trompe-l’œil… Un lieu riche de culture que nous découvrions avec beaucoup de plaisir main dans la main. Tout était parfait…

De retour à Paris, je prenais la route de l’hôtel La Bourdonnais, des étoiles plein les yeux et des souvenirs emplissant ma tête. Je repensais à la péniche de Locaboat et aux sensations que celles-ci nous offraient. Ainsi, comme le navigateur Bernard Moitessier le disait : « Le bateau c’est la liberté, pas seulement le moyen d’atteindre un but ».

A très vite !